Claude Pinoteau

  • Français
  • Deutsch

Dans les années 1940, Claude Pinoteau est successivement accessoiriste et régisseur. Il fait ses armes d'assistant réalisateur auprès de Jean Cocteau, de Jean-Pierre Melville ou encore d'Henri Verneuil avant de tourner plusieurs courts-métrages, dont Manureva (1960) et L'Iran (1971).

Claude Pinoteau débute avec Le Silencieux (1972), un film policier interprété par Lino Ventura. Les deux hommes se retrouvent pour La Gifle (1974), une comédie de moeurs basée sur les rapports père-fille, puis pour La Septième cible (1984), un nouveau polar. Le réalisateur alterne ainsi entre film policier et histoires sur les problèmes des jeunes, à l'exemple de l'immense succès de La Boum (1980) qui révèle l'actrice Sophie Marceau ou encore celui de L'Etudiante (1988). Avec La Neige et le feu (1990), Claude Pinoteau se souvient de ses jeunes années pour filmer le parcours d'hommes et de femmes durant la guerre. En 1993, le réalisateur livre une sorte de conte de fées moderne dans Cache cash avant de s'intéresser aux Palmes de M. Schutz (1996), avec Isabelle Huppert et Charles Berling.

Sein Vater Lucien Pinoteau war Produktionsleiter der Pathé. Pinoteau startete seine Filmkarriere 1941 als Requisiteur beim Film, assistierte ab 1949 Regisseuren wie Jean Cocteau, René Clément, Jean-Pierre Melville, Max Ophüls und René Clair, bevor er nach 20-jähriger Assistenzzeit 1973 seinen ersten eigenen Film, Ich – Die Nummer eins, mit Lino Ventura in der Hauptrolle inszenieren konnte. Für seinen zweiten Film Die Ohrfeige, einen der ersten Filme, mit denen Isabelle Adjani bekannt wurde,[3] wurde er mit dem Louis-Delluc-Preis ausgezeichnet. Ab Ende der 1960er Jahre verfasste er zudem auch Filmszenarien.

In den 1980er Jahren wurde Pinoteau auch in Deutschland durch die Filme La Boum – Die Fete und La Boum 2 – Die Fete geht weiter mit Sophie Marceau, Claude Brasseur und Brigitte Fossey in den Hauptrollen bekannt.